Infection Postop.

Lors des interventions chirurgicales, des bactéries peuvent entrer en contact avec les plaies si les instruments utilisés ne sont pas stériles ou lors d’une contamination par des germes qui survient accidentellement au site opératoire. Néanmoins, les bactéries sont déjà présentes au niveau de la peau des patients et certains peuvent se libérer malgré toutes précautions durant l’opération.

L’autre mécanisme est l’arrivée des germes sur le site opératoire – zone où est pratiquée l’incision chirurgicale – ultérieurement par le sang. Ceci peut particulièrement survenir s’il existe des zones de contaminations potentielles telles que les infections au niveau des dents, du nez, des diverticules intestinaux etc.

Dans beaucoup de cas, des disques intervertébraux et différentes structures peuvent déjà contenir des bactéries dues à des infections de type spondylodiscite par voie hématogène, des germes “à bas bruit” qui n’ont pas eu la capacité de développer une infection avant l’opération mais peuvent devenir plus agressifs après l’intervention.

Les infections post opératoires restent très rares dans de bonnes conditions chirurgicales. Néanmoins, à cause des potentiels développements multiples, leur éradication complète n’a pas encore pu être obtenues. Leurs fréquences reste néanmoins au dessous de 2%.

Une infection post opératoire au niveau de la colonne vertébrale peut être représentée par un écoulement de la plaie, de la fièvre avec perturbation des paramètres de l’analyse sanguin. Une prise en charge par antibiothérapie adaptée, voire par une réintervention chirurgicale peut être nécessaire. Le but d’une réintervention dans ces cas est d’isoler précisément le germe de l’infection et de nettoyer le site opératoire pour favoriser la guérison. Exceptionnellement, une infection peut survenir même plusieurs mois voire plusieurs années après l’opération si des germes sont transmises par le sang pour être en contact avec le matériel ou bien si la défense de l’organisme est affaiblie.