Reconstruction Isthmique

Dans le cas d’une fracture isthmique, une instabilité s’installe. Il s’agit de la rupture d’une partie postérieure de la colonne vertébrale où la lame avec l’épineuse et des deux articulaires inférieures se séparent de la vertèbre.

109-1-8

Si cette instabilité représente une situation douloureuse mais le disque n’a pas encore subit de dégât, il est avantageux d’envisager une technique de Reconstruction Isthmique, c’est à dire guérir la fracture de la zone isthmique par une méthode d’ostéosynthèse en assurant sa stabilité et supprimant ainsi des douleurs.

Dans le cas où le disque est déjà détruit, une telle méthode n’assurera pas forcément un résultat favorable car la douleur provenant du disque ne sera pas ainsi contrôlée, seulement les douleurs provenant de la zone fracturaire. Une telle stabilisation peut être réalisée avec des matériels d’ostéosynthèse particuliers, spécialement développés pour le traitement de ces lésions, combinant généralement une fixation par crochet pour accrocher la lame à la fixation par vis pour stabiliser la vertèbre au niveau du pédicule.

L’avantage est de pouvoir rétablir une situation anatomique favorable et supprimer ainsi les douleurs, protéger le disque intervertébral en redonnant toutes les caractéristiques mécaniques à la colonne vertébrale et faire participer les articulaires postérieures à la stabilisation. Le désavantage est la difficulté de réalisation technique. En plus, étant donné les forces considérables qui agissent sur la zone et le fait qu’il s’agit d’une zone réduite qui peut être en contact avec la greffe osseuse, les échecs de la stabilisation peuvent être relativement fréquents. En cas d’échec, une arthrodèse – une fixation des deux vertèbres – doit être généralement pratiquée.