Spondylolisthesis par Lyse Isthmique

Le spondylolisthésis désigne une situation dans laquelle deux vertèbres glissent l’une sur l’autre. Plus précisément, le spondylolisthésis décrit la situation dans laquelle la vertèbre supérieure glisse sur la vertèbre en dessous, en avant.

Ceci peut survenir de deux manières, l’une correspond au spondylolisthésis dégénératif

50-1-1

où le glissement antérieur est permis par la destruction progressive des articulaires postérieures, par des lésions dégénératives. L’autre est le spondylolisthésis par lyse isthmique

50-1-2

Le spondylolisthésis isthmique décrit une situation dans laquelle une fracture survient au niveau de la zone isthmique de la vertèbre, due généralement à la compression de l’articulaire inférieure de la vertèbre supérieure.

50-1-3

Ceci peut être provoqué par une hyperlordose vertébrale.

La constitution du bassin avec certaine position du sacrum favorise cette hyperlordose. Plus le plateau vertébral de la première vertèbre sacrée est incliné, plus la vertèbre au dessus se retrouve sur une “pente” et sera susceptible de subir une lésion de fracture dans la zone isthmique. Cette fracture survient généralement à l’enfance, entre 6 et 8 ans, il ne s’agit pas d’une lésion congénitale. Une fois que la fracture survient, elle n’est pas généralement douloureuse et le glissement peut se développer. Ce glissement peut être minime mais peut prendre des proportions de plus en plus importantes. Dans quelques cas extrêmes, la vertèbre supérieure glisse complètement au dessus de la vertèbre inférieure, plongeant carrément dans le bassin. Cette situation est appelée spondyloptose.

Lorsqu’il s’agit juste d’une fracture sans glissement de la vertèbre, il ne s’agit pas de glissement (listhésis), seulement d’une fracture (lysis). Cette situation est appelée spondylolyse.

50-1-4

Le spondylolisthésis est une lésion fréquente, retrouvé à 2 à 4% dans la population. Généralement, il ne représente pas de douleur, ni de symptôme neurologique. Etant donné que cette situation représente une instabilité, elle peut provoquer de plus en plus de lombalgies et comme le glissement des vertèbres peut produire une compression neurologique, une douleur de type sciatique, voire même déficit neurologique peut survenir.

Du point de vue mécanique, le spondylolisthésis représente une altération de la stabilité vertébrale. La stabilité, qui est généralement assurée par les deux articulaires postérieures et par le disque, ne serait plus assurée que par le disque intervertébral. L’évolution de cette lésion est liée à la résistance de ce disque intervertébral. Plus le disque résiste, plus le spondylolisthésis est asymptomatique. Néanmoins, le disque peut progressivement présenter des lésions dégénératives, des fissures et une diminution de la hauteur discale. L’instabilité qui survient ainsi peut devenir douloureuse.

Un spondylolisthésis qui n’est pas douloureux et qui ne représente pas de symptômes neurologiques ne nécessite pas de prise en charge spécifique et du sport peut même être pratiqué. Néanmoins, à partir du moment où les douleurs apparaissent, le pronostic est beaucoup moins bon et devant une dégradation progressive du disque et la diminution de la hauteur discale, généralement le traitement conservateur ne suffit plus.

Le traitement chirurgical consiste à réaliser une stabilisation de la lésion. Dans le cadre d’une spondylolyse, une reconstruction isthmique de la fracture peut être proposée si le disque n’a pas encore subit de lésions majeures, ce qui peut être vérifié par l’IRM. Dans le cas d’un spondylolisthésis, le disque devrait être également stabilisé. Dans ce cas, on peut recourir à une arthrodèse antérieure avec une fixation généralement circonférentielle intersomatique pour assurer plus de stabilité. Le pronostic du traitement chirurgical est généralement bon